Une nuit de si près

Photo 06-09-2015 13 06 44
On est arrivé la tête en broussaille aux portes d’un été vague. Dans le creux, les cyprès en majesté nous ont pris dans les bras et nous ont chuchoté qu’on était ici pour rêver. On a évoqué de milles foins nos coeurs en frondaison, si bien que déposées sur l’herbe, les margelles de nos rêves soudain ont brillé. Nos yeux de pénombre de mille brasses époumonées se sont éclairés. L’échelle s’est hissée à notre portée, chacun empruntant sa marche, coordonné.
On a mis en eaux belles nos sels partagés, hissé nos arts aimés en porte-drapeau. Les idées ont fusé dans le ciel noir comme un quatorze juillet ; rouge feu sur nos joues d’envie empourprées, bleu méthylène sur nos fragiles surfaces, vert ouvrage fait chance d’espérance. Et la fête allumée dans nos têtes saoules de plaisir, on a fini la soirée dans le ventre de #LaPiscine qui aujourd’hui existe et nous fait exister.

(texte et photo : CS _25/07/15 à la cyprière)

Appel à contributions,
on attend vos œuvres jusqu’au 30/11 : 👉 http://j.mp/H2zero

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s